La Genèse

La Genèse

S'il vous plaît devenir un adepte de me soutenir

 

Pas de médias sociaux?

Abonnez-vous à la newsletter

.... Après la mort de mon amour, j´ai lutté pendant des semaines contre la volonté de me suicider aussi parce que je me sentais tellement coupable de ne pas avoir été capable de l´aider et d´empêcher son suicide.

 

Comme ses parents avaient effectué un

enterrement anonyme dans un lieu secret, je n´ai jamais pu lui dire mes adieux et le tourbillon de la dépression se faisait toujours plus grand et plus fort. Je suis tombé dans une crise existentielle de jour

en jour plus profonde. Je remettais tout en question – surtout ma vie comme telle, ce qui s´était passé avant, et ce qui allait venir dans le

futur.

 

 

Un jour, moi aussi j´avais osé faire ce pas vers la mort

Dans ma vie aussi, il y a eu un moment quand je n´en pouvais plus. Je ne savais plus quoi faire, je n´avais plus l´énergie de continuer ma vie. Dans ces dernières heures, avant de prendre les comprimés, j´ai pleuré sans cesse. Alors j´ai pris des somnifères et j´ai dirigé ces mots-là au ciel: Si toi ou vous ou qui que ce soit avez encore un plan spécial pour ma vie, sauvez-moi – sinon foutez-moi la paix et laissez-moi mourir!

Dans cet instant-là, j´ai arrêté de pleurer et j´ai passé la dernière heure de ma vie ne réfléchissant plus, en attendant et en écoutant de la musique dans mon lit. Quand ma tension est tombée, j´ai pensé: ça y est, ça commence à chuter… C´était ma dernière pensée consciente.

Un ami m´a sauvé la vie, et alors? 16 mois plus tard, il s´est tué.

24 heures plus tard, je me suis réveillé fixé à un lit d´hôpital, avec des tubes et des cables qui entraient et sortaient de mon corps. C´était le 28 décembre 2014.

J´avais choisi un moment dans lequel toutes les personnes importantes dans ma vie, mes amis et parents, étaient en vacances, mais un ami m´a quand même trouvé. Il était déjà parti en vacances mais, ayant un mauvais pressentiment et malgré la colère de son compagnon, il est retourné à mi-chemin. Il m´a trouvé litéralement à la dernière minute, comme les médecins me communiquaient.

Encore des mois après, il me disait souvent qu´il n´aurait supporté être en vie si j´avais réussi à me suicider.

Et qu´est-ce qu´il fait, lui? Il refuse de traiter sa dépression et il se tue 16 mois plus tard…

Il y avait quelque chose qui se passait en moi, mais quoi?

En tout cas, pendant les derniers mois, j´ai essayé de me faire une idée de mon avenir, j´ai essayé de savoir qui j´étais et dans quel sens j´allais continuer le chemin de ma vie. Je n´ai pas trouvé de réponses, mais davantage de questions et un chaos de plus en plus grand auquel j´aurais voulu échapper

pour toujours plus qu´une fois. J´avais la sensation que

quelque chose en moi avait changé. Pourtant je n´arrivais

ni à le saisir ni à le nommer.

Je n´ai trouvé la paix que lorsque je faisais de la peinture –

ce qui est difficile si on ne sait pas faire de la peinture et si

on désespère parce que les propres résultats ne

ressemblent pas du tout à ceux des vidéos d´instruction sur

Youtube.

Vas-y et plante des arbres! … Mais… tu es

complètement fou?

„Des arbres! Plante des arbres!“ résonnait-il dans ma tête

quand je prenais une douche pour me réveiller.

„… Quoi? Tu es complètement fou?“, demandais-je à voix

haute et effrayée.

„Mais ne voulais-tu pas faire le tour du monde à pied dès

que tu partes à la retraite? Plante des arbres!“

… ce n´est pas une blague, mais j´ai entendu ça haut et fort

comme si quelqu´un m´avait contacté par télépathie.

„Et comment le réaliser? Je n´ai pas assez d´argent. Tu as

perdu la raison? Tu me dis n´importe quoi! Va-t´en!“

Et tout d´un coup, d´autres pensées, „Let me help you“ et „chemin de la vie“ qui m´ont obsédé pendant le reste de la journée.

 

Cet après-midi-là, j´ai senti un branle urgent d´écrire. J´ai donc donné un exercice à mes étudiants, je me suis assis devant l´ordinateur et une incroyable énergie m´a poussé à écrire. Sans aucune pensée préméditée, sans aucun plan qui me guidait… rien.

Seul la première phrase était vraiment mienne: „… franchement: Je ne sais pas encore à quoi ce site d´internet servira, dans quel sens se dirigera le chemin de ma vie, quel sera mon avenir et ce que je suis en train de faire là…“

Eh bien, pourquoi un site d´internet?

La verité donne toujours un sentiment de légèreté

J´écris toujours comme en trance. Je ne réfléchis pas trop, ce sont mes doigts qui écrivent plus que mon cerveau.

Il n´y a aucun plan prémédité, rien que j´aie préparé pendant des mois. Je bouillis d´émotion, et dans ces instants-là,

une phrase se présente encore et encore:

Vérité ou mensonge? La vérité te donne toujours un sentiment plus léger.

Peut-être il vous semblera bizarre, même un peu fou, mais tout cela me donne un sentiment de légèreté, je me sens absolument léger et sûr de moi-même. Et je ne suis pas aveugle, je ne me raconte pas des histoires.

Vous direz sans doute que je suis en train de ruiner ma vie.

Mais je sais ce que je fais.

Ne t´inquiètes pas et laisse-moi t´aider

Je suis excité, je me lève et je cours autour de mon bureau, et je me demande: Tu es vraiment sérieux là? Plus je me pose cette question, plus facile est la réponse, quelque chose en moi commence à rire allègrement et me crie de plus en plus fort: oui…

Quelque chose me dit: Voilà ton chemin – il est à toi, fait pour toi – il t´offre tout ce que tu as toujours voulu dans la vie.

N´aies pas peur –

Tu en es capable – n´aies pas peur, on réussira. N´aies pas peur, tu ne mouriras pas seul et abandonné dans un coin perdu. N´aies pas peur, toi aussi, tu trouveras de nouveau l´amour.

Je fixe ces 4 pages que je viens d´écrire d´un seul coup, j´ai le coeur qui bat haut et fort, mon cerveau tourne autour de ces pensées-là, il me crie „Vas-y!“ et mon instinct l´affirme: „Oui… lance-toi!“

Alors… me soutiens-tu?

CONTACT

Geleitsstr. 66A

63067 Offenbach

Germany

Tel: +4917670428613

PROFIL

Qui ou quoi suis-je?

En tout cas, assez fou pour consacrer ma vie à une tâche qui est devenue beaucoup plus importante pour moi que ma maison, mon scooter et mon jardin. C'est ma tâche de la vie, parce qu'un suicide nous tue tous d'une manière ou d'une autre.